L’inflation au Royaume-Uni atteint son plus haut niveau depuis 40 ans, la paire GBP/USD est sous pression

Inflation galopante

Le Royaume-Uni est confronté à une inflation extrêmement élevée. Les données publiées aujourd'hui révèlent que l'indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 9,1 % en mai** par rapport à l'année précédente, contre 9 % le mois précédent. Il s'agit du taux le plus élevé de la série des statistiques nationales, qui a débuté en janvier 1997, tandis que la série du modèle indicatif suggère que l'IPC aurait été plus élevé pour la dernière fois vers 1982.

Ce qui semble toutefois encourageant, c'est que l'IPC a augmenté légèrement par rapport à la lecture précédente, tandis que l'IPC de base, qui exclut les prix de l'énergie, s'est modéré à +5,9 % en glissement annuel, contre 6,2 % précédemment.

Afin de juguler l'inflation, la Banque d'Angleterre (BoE) a été l'une des premières banques centrales à relever ses taux d'intérêt. Ce mois-ci, elle a procédé à sa cinquième augmentation consécutive, portant les taux à 1,25 % - le niveau le plus élevé depuis janvier 2009.

Cependant, une fois de plus, la BoE n'a pas rompu avec la tradition des hausses de 25 points de base et sa stratégie conservatrice ne semble pas fonctionner, puisqu'elle prévoit encore plus de difficultés pour les consommateurs. Lors de la décision de politique monétaire de la semaine dernière, elle a revu ses projections à la hausse et s'attend désormais à ce que l'inflation de l'IPC passe légèrement au-dessus de 11 % en octobre**. [1]

Craintes de récession

La BoE a peut-être raté l'occasion d'accélérer son resserrement monétaire en augmentant les taux plus tôt dans le cycle, car les craintes d'un ralentissement économique pourraient rendre les hausses futures plus difficiles. L'économie britannique a progressé à un rythme soutenu (8,7 % en glissement annuel) au premier trimestre, selon les résultats préliminaires du mois dernier, mais la banque centrale s'attend à une contraction du PIB au dernier trimestre de l'année. [2]

En outre, les données mensuelles récentes sont également décourageantes, puisque le PIB a reculé de 0,3 % en avril (en glissement mensuel), après une contraction de 0,1 en mars
La production industrielle a également diminué en avril, de 0,6 % en glissement mensuel, tandis que le taux de chômage a augmenté à 3,8 %.

Bien sûr, le Royaume-Uni doit également faire face à des vents contraires post-Brexit, avec une étude de la Resolution Foundation qui a trouvé des signes précoces que l'accord de commerce et de coopération (TCA) entre l'UE et le Royaume-Uni réduit l'ouverture et la compétitivité du Royaume-Uni. Le rapport conclut également que les salaires réels devraient être inférieurs de 1,8 % à ce qu'ils seraient si le Royaume-Uni restait dans l'UE. [3]

Différentiel de politique monétaire entre la BoE et la Fed

La Banque d'Angleterre a peut-être relevé ses taux depuis décembre, bien avant le relèvement de la Fed en mars, mais les autorités américaines ont déjà procédé à des hausses de 150 points de base. La semaine dernière, ils ont procédé à la plus forte hausse depuis près de trente ans, en réaction à la dernière résurgence de l'inflation IPC.

En outre, ils ont annoncé un resserrement supplémentaire et ne semblent pas trop inquiets de la contraction de l'économie américaine au premier trimestre, alors que la BoE semble plus préoccupée par une éventuelle récession.

De plus, la Fed a parlé d'un engagement "inconditionnel " à rétablir la stabilité des prix dans son rapport de la semaine dernière au Congrès américain, avant les témoignages d'aujourd'hui et de mercredi du président Powell. [4]

Analyse GBP/USD

Le différentiel de politique est toujours défavorable à la paire, étant donné l'action plus agressive et la résolution prononcée de la Fed à lutter contre l'inflation, tandis que nous ne devons pas oublier le paysage politique. Le Premier ministre Johnson a peut-être survécu au récent vote de défiance à son encontre, mais son avenir politique est loin d'être assuré et l'incertitude politique pourrait refaire surface en cours de route.

La paire GBP/USD n'a pas eu une grande réaction aux données de l'IPC d'aujourd'hui, peut-être parce que les marchés sont prudents avant le témoignage de M. Powell au Congrès, ce qui pourrait déterminer la prochaine étape.

Le biais baissier reste intact et la paire est vulnérable jusqu'à 1,2069, mais un nouveau déclin vers et au-delà de 1,1904 nécessiterait un nouveau catalyseur.

D'un autre côté, la paire GBP/USD a réussi à se redresser après les plus bas de plus de deux ans de la semaine dernière et la nouvelle semaine a commencé dans la bonne humeur. Cela lui donne le droit de faire une nouvelle poussée vers la EMA200 (1,2440-50), mais cela n'inspire pas confiance pour une reprise soutenue à ce stade. Le paysage technique est également difficile, puisque le nuage Ichimoku journalier et le sommet du mois dernier menacent.

Nikos Tzabouras

Senior Market Specialist

Nikos Tzabouras is a graduate of the Department of International & European Economic Studies at the Athens University of Economics and Business. He has a long time presence at FXCM, as he joined the company in 2011. He has served from multiple positions, but specializes in financial market analysis and commentary.

With his educational background in international relations, he emphasizes not only on Technical Analysis but also in Fundamental Analysis and Geopolitics – which have been having increasing impact on financial markets. He has longtime experience in market analysis and as a host of educational trading courses via online and in-person sessions and conferences.

References

1

Retrieved 22 Juin 2022 https://www.bankofengland.co.uk/monetary-policy-summary-and-minutes/2022/june-2022

2

Retrieved 22 Juin 2022 https://www.bankofengland.co.uk/monetary-policy-report/2022/may-2022

3

Retrieved 22 Juin 2022 https://www.resolutionfoundation.org/app/uploads/2022/06/The-Big-Brexit_.pdf

4

Retrieved 01 Juil 2022 https://www.federalreserve.gov/monetarypolicy/files/20220617_mprfullreport.pdf

Divulgation

Ces documents constituent une communication marketing et ne prennent pas en considération votre situation personnelle, votre expérience d'investissement ou votre situation financière actuelle. Le contenu est fourni en tant que commentaire général du marché et ne doit pas être interprété comme contenant un quelconque type de conseil en investissement, recommandation d'investissement et / ou sollicitation pour toute transaction d'investissement. Cette communication de marché n'implique ni ne vous impose une obligation d'effectuer une transaction d'investissement et / ou d'acheter des produits ou services d'investissement. Ces documents n'ont pas été préparés conformément aux exigences légales visant à promouvoir l'indépendance de la recherche en investissement et ne sont soumis à aucune interdiction de traiter avant la diffusion de la recherche en investissement.

FXCM, et ses affiliés, ne seront en aucun cas responsables envers vous des inexactitudes, erreurs ou omissions, quelle qu'en soit la cause, dans le contenu de ces documents, ou pour tout dommage (direct ou indirect) pouvant résulter de l'utilisation de ce matériel, services et son contenu. Par conséquent, toute personne agissant sur eux le fait entièrement à ses propres risques. Veuillez vous assurer de lire et de comprendre notre clause de non-responsabilité et de responsabilité complète concernant les informations ci-dessus, qui peuvent être consultées ici.

Performances passées: les performances passées ne sont pas un indicateur de résultats ou performances futures.

${getInstrumentData.name} / ${getInstrumentData.ticker} /

Bourse: ${getInstrumentData.exchange}

${getInstrumentData.bid} ${getInstrumentData.divCcy} ${getInstrumentData.priceChange} (${getInstrumentData.percentChange}%) ${getInstrumentData.priceChange} (${getInstrumentData.percentChange}%)

${getInstrumentData.oneYearLow} 52/wk Range ${getInstrumentData.oneYearHigh}